Manga Time : Sous la Lune de Taisho (Oneshot)

Sous la lune de Taisho - Manga

Sous la lune de Taisho - Hiromi Ebira Manga - Diana vo

Dessin : EBIRA Hiromi
Scénario : EBIRA Hiromi
Editions : Akata
Prix papier : 6.99€
Prix numérique : 4.49€
Genre : Tranche de vie, Romance, Amour, Amitié

Terminé en un tome.

Histoire
Japon, ère Taisho. Tamako est l’unique héritière de sa famille. Pour assurer sa lignée, elle doit vite se marier. Mais quand elle s’éprend de Terashima, médecin de bas rang, ce sont toutes les conventions sociales qui volent en éclat. Doit-elle se conformer aux exigences de la bienséance ou se laisser aller à ses désirs ? Quel avenir pour cet amour interdit à une époque où la pression sociale et les apparences ne laissaient pas de place à la liberté ?

Avant la lecture :

Depuis son annonce, il m’a donné envie. Quand Jiji l’a reçu, je me disais chanceuse, vivement que j’ai le mien.
J’ai regardé la vidéo de Bruno qui m’a encore plus donné envie sur ce titre qui m’intéressait déjà à la base. Nous avons également eu des explications intéressantes sur le choix du titre, etc.

Mon avis/Mes impressions :

Sous la lune de Taisho est une réussite et il tient toutes ces promesses par rapport à la vidéo de Bruno des éditions Akata, et clairement il ne plaira pas à tout le monde.
Le dessin est superbe, et participe totalement à l’ambiance du titre. Par moment il s’en dégage une froideur, et à d’autres des indices passent. C’est de l’art à ce niveau. Lui est médecin, il n’est pas né riche mais assez pauvre, et les études lui ont permis de s’en sortir. Il a beaucoup travaillé, et en a certainement oublié le reste. Il reste très détaché et professionnel, mais même lui n’est pas à l’abri de la force des sentiments. Il la rencontre elle, quand elle vient le consulter accompagnée d’une domestique. Et déjà quel choc, elle ne s’adresse pas à lui car il est de rang inférieur et qu’elle n’a pas le droit de lui parler. Mais lui dit que c’est mieux que ce soit la patiente qui explique ses symptôme. Elle a seulement 16 ans, et a l’air d’une poupée de porcelaine et d’avoir 10 ans de plus ou du moins d’être dans la vingtaine.
Elle est noble, sa famille est riche, et son rôle est d’assurer et de donner un héritier, et elle ne pourra guère se marier à n’importe qui. Mais c’est un être humain, et non un appareil reproducteur. Elle vient pour un mal de poitrine, elle croit étouffer, mais c’est loin d’être purement médical. C’est toute la pression qu’elle ressent. Toujours bien habillée, jamais un mot de trop, une véritable poupée froide, voilà comme elle nous apparaît la plupart du temps, mais pour ce médecin qui la traite comme un être humain, elle a pour la première fois de véritables sentiments, par moment elle parlera de s’enfuir. Lui a un bon travail, une bonne position, et il essaye de rester détacher. Mais à force de se voir, de se fréquenter. D’un côté, ils se disent qu’ils auraient dû éviter, mais qu’est-ce que ça aurait changé ? Aucun n’est vraiment libre. Le médecin ne peut refuser le travail, vu que c’est le comte qui le demande.
Tous les deux sont également soumis à une pression qui existe souvent et même de nos jours sur beaucoup de gens, c’est celle de se marier et d’avoir des enfants pour s’accomplir pleinement soi-disant. Elle est là pour donner un hériter, et son mari doit lui permettre de tenir sa position sociale, et bien sûr il faut un hériter mâle. Une place de la femme vraiment dure. Et lui se serait pour taire les rumeurs, faire plaisir à sa mère, faire comme tout le monde. Mais ensemble, ils sont plus normaux, et elle arrive à le faire sourire. Une histoire digne des plus grandes tragédies romantiques que nous ayons croisés.

Cette histoire nous fait penser à toutes ces histoires d’amour impossible, où les jeunes gens ont l’air de s’être à peine connus.
Cela nous fait penser à la noblesse, au problème de niveau social.
Nous abordons des problèmes de société tout comme la pression, et de se rendre malade. Confronté ce que la société croit être le mieux, au regard jugeur des autres, un problème de toute époque.
A son époque, il faisait très mauvais d’être une femme, elle n’existe pas comme être humain à part entière, mais elle est là pour avoir un héritier avec quelqu’un digne d’elle, de niveau social satisfaisant.
Etre médecin est quand même plutôt une belle réussite, mais là comme il vient d’un milieu pauvre, c’est comme si ça ne valait rien.
L’ambiance du titre est très particulière. Si vous cherchez quelque chose qui sort des sentiers battus et que vous pouvez le supporter, vous êtes au bon endroit.
Oui, on aimerait en savoir plus. Mais je ne vous en dis pas plus, à vous de faire leur connaissance maintenant.

 

Merci à Izneo pour cette pépite livresque.

Je vous conseille également l’article de Tachan

 

4 commentaires sur « Manga Time : Sous la Lune de Taisho (Oneshot) »

  1. Merci pour le lien 😉
    Effectivement, niveau dessin et mise en page, c’était très beau.
    Je suis d’accord, ça ne plaira pas à tout le monde, mais toi et moi on est pile le public visé. J’espère qu’Akata sortira d’autres titres de ce genre ^^

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s