Cinéma Time : To The Bone & Moi, Grosse

Hello,

Aujourd’hui, nous abordons notre rapport complexe à notre corps et quand cela a trop dérivé. Dans un film, trop maigre, anorexique, et dans l’autre trop grosse.
Dans les deux cas : l’IMC (indice de masse corporelle) est mauvais, et à ce moment là c’est aussi mettre sa vie en danger, mais rien n’est si simple ici bas.

To The Bone

La charmante Lily Collins dans le rôle d’Ellen aborde avec nous l’anorexie. Jeune, la vingtaine, elle sait que ce n’est pas bien, mais elle ne peut s’en empêcher, de compter les calories, etc.
Elle est comme emprisonnée maintenant, et nous allons également découvrir d’autres histoires, chacune avec sa complexité. Elle va être entourée par des gens comme elles, des gens avec qui elle peut parler de tout ça. Mais en gardant du coup le risque qu’ils se refilent leurs astuces.
Ils abordent également la souffrance pour les proches.
Keanu Reeves incarne le Dr William Beckham, un docteur assez à part et unique, mais attachant.
Ellen a un passif, et pourtant elle ne peut pas s’en empêcher. Tout tourne autour du fait que c’est d’abord à elle de s’accepter, de vouloir s’en sortir.
Avec sa demi-soeur, elle passe de bons moments, autrement c’est assez tumultueux, sans parler de la personne qui ne se montre jamais.
Mais le tout peut par moment avoir un rendu lent, et la fin est très brutale.
Le truc en plus : Un jeune homme dont sur le coup on se demande ce qu’il fait là est aussi concerné par le problème.

Moi, grosse

Le film a eu l’intelligence d’aborder tout un panel de problématiques, et pas seulement la grossophobie comme le harcèlement, le droit à la différence, les réseaux sociaux et la folie que cela peut entraîner, etc.
Raphaëlle est pleine de vie, aucun problème de timidité, aucun problème pour parler, s’affirmer, etc. Non, le plus gros problème c’est qu’elle est grosse, et qu’ils ont fini par la licencier à cause de cela.
Nous pouvons surtout noter qu’une seule doctoresse a bien dit les choses, les autres …. Ils peuvent changer de métier.
Raphaëlle va sympathiser avec une de ces lointaines connaissances, qui la harcelait, et qui est à également son lot de problèmes, un peu comme tout le monde.
De temps en temps, nous allons dans le passé, flash-back, pour mieux appréhender.
Raphaëlle peut par moment mal se comporter, se laisser dépasser, laisser dépasser sa pensée, comme tout le monde.
Elle oublie aussi certaines choses, comme l’impossibilité de faire changer toutes les mentalités en si peu de temps.
Le truc en plus : aborder plein d’autres choses que la grossophibie.

Il faut également se rappeler combien nous sommes inégaux, comme dans tant d’autres choses. Certains mangent un petit pain prenne 3 kilos, d’autres 10 et pas un gramme. Vous voyez l’idée.

Ces deux films montrent bien que cela n’est pas si simple, et qu’au-delà de ce problème physique peut se cacher autre chose. Sans oublier que les hormones peuvent aussi influer. Il est également question de garder le contrôle, etc.

Et vous, vous êtes en paix avec votre corps ?

Publicités

2 commentaires sur « Cinéma Time : To The Bone & Moi, Grosse »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s