Les soeurs Mitford enquêtent, tome 2 : Le Gang de la Tamise

de Jessica Fellowes
Editions : Éditions J.C. Lattès/Le Masque
Prix papier : 20.90€
Prix numérique : 15.99€
Sortie le 09 mai 2019
Genre : Historique, Policier

Extrait

Résumé :

À la fin d’un bal masqué donné à Asthall Manor pour les dix-huit ans de Pamela Mitford, quelques-uns des Bright Young Things, cette jeunesse dorée et débridée dont les journaux commentent avidement les nombreuses frasques, organisent l’une de leurs fameuses chasses au trésor. Mais la partie se termine tragiquement : l’un des invités est poussé du haut du clocher de l’église.

Convaincue de sa culpabilité, la police arrête alors Dulcie, une domestique, qui fait partie du gang des Quarante Voleuses dirigé par Alice Diamond.

Mais Louisa Cannon, chaperon des sœurs Mitford, croit Dulcie innocente. Avec Pamela et Nancy Mitford, elle est bien décidée à disculper la jeune fille….tandis que le véritable assassin rôde peut-être non loin de là.

S’inspirant d’un fait réel – le gang des Quarante voleuses ou les Quarante Éléphantes, qui organisaient des grandes razzias dans les plus grandes enseignes londoniennes – Le Gang de la Tamise est une véritable plongée dans le Londres des années folles et dans des lieux interlopes où se côtoient la pègre et la bourgeoisie anglaise.

Mon avis / Mes impressions :

Ce livre est en réalité le deuxième tome des soeurs Mitford enquêtent. Et comme beaucoup l’ont dit, il a un côté très trompeur. Là au final, c’est surtout Louisa qui va vraiment enquêter.
Il peut se lire séparément, c’est une enquête à part, cela n’a pas gêné ma lecture.

Il se laisse bien lire, il est intéressant, nous sommes curieux de savoir ce qu’il va se passer. Il offre également une belle réflexion sur la condition humaine : le niveau social, la difficulté d’être né femme, etc.
L’idée de départ est sympathique : la chasse aux trésors.
C’est une bonne lecture sans que se dégage le petit quelque chose en plus qui nous fait basculer.

Même si les deux soeurs Mitford peuvent être attachantes c’est surtout à Louisa que l’on va s’attacher voire Guy et Marie qui sont victimes de leur époque et niveau social.

En tout cas, elle a parfaitement rempli son travail de me changer des précédentes lectures. Cela se passe dans les années 1920, les années folles, la majeure raison qui m’a donné envie de m’intéresser à ce livre. La période est intéressante, et elle pourrait vous faire grincer des dents ^^.

Le style d’écriture n’a pas été désagréable, mais il ne dégageait rien de particulier, pour moi en tout cas.
Les chapitres sont cours, simplement numérotés.

L’évocation du gang des éléphants et des 40 voleuses est également intéressant, par contre ce ne sont clairement pas à eux que l’on va s’attacher.

Louisa Cannon est domestique pour les Mitford. Sa relation avec les soeurs est parfois compliquée, complexe, elles ressemblent à des amies. Mais la vérité se rappelle par moment cruellement à elle. Sa vie aurait pu être bien pire, comme nous allons le découvrir.

Guy et Marie sont policiers, mais ils n’ont rien de très stimulant à faire.

Tous rêveraient d’une vie meilleure, de faire leurs preuves. Louisa et Marie étant des femmes, bien plus de portes leur sont fermées. Cette enquête est également un peu pour eux la chance de leur vie, ou en tout cas de faire autre chose de plus intéressant. Mais attention au danger qui rôde.

Nancy et Pamela, les soeurs Mitford, sont bien nées, mais pas forcément totalement libres de faire tout ce qu’elles veulent non plus. Par moment, elles se lâchent, surtout Nancy, qui veut profiter de la vie et en a marre des barrière, qu’on lui dise quoi faire.

J’ai surtout apprécié dans ce livre le Londres des années folles, de voir le gang des 40 voleuses et les éléphants, même si au final s’ils sont impressionnants, ils me déçoivent plus qu’autre chose. Et faire la connaissance de Louisa et Guy, qui m’ont beaucoup touchés par leur façon de tenter de vivre, voire de survivre dans un monde qui ne leur a pas vraiment fait de cadeaux, et où les différences de niveau social vous sont rappelés, parfois même violemment.

Merci à NetGalley et Éditions J.C. Lattès/Le Masque pour la lecture.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s