Manga Time : March comes like a lion Tome 13

Fiche

March comes in like a lion - Umino Chica

Déjà le treizième tome de March comes in like a lion, le temps a passé l’air de rien, les personnages ont évolué. Une série intéressante, trop méconnue. Parfois cela peut être un peu lourd à lire, mais la complexité des sentiments et des situations est bien restituée. Il y a toujours des moments forts, des phrases fortes qui marquent et touchent en plein coeur. Le graphisme est agréable, et les filles et leurs chats sont toujours là pour nous donner le sourire, même si elles aussi ont leurs épreuves. Les petits moments entre les chapitres, juste un petit dessin avec quelques phrases nous permettent de souffler et de récupérer. Dans ce tome, il y a également une petite partie making-off sur la deuxième saison de l’anime. Chacun fait des efforts selon ses possibilités et ses moyens, et parfois se fait rattraper par la fatalité de la vie, et surtout son cynisme. Dans ce tome, nous avons l’occasion de nous interroger sur la vie par procuration, ou en tout cas l’admiration que l’on peut porter à quelqu’un et vivre ses succès et ses échecs à travers lui. Nous retrouvons un professeur de Kiriyama que nous connaissons bien mais d’un point de vue très humain, loin de sa fonction, avec des sentiments complexes. Nous revoyons Akari entre Ginza et sa vie de famille. Et nous soulevons un autre point celui de risquer d’en faire trop (gare au burn out), la nécessité d’exprimer ses sentiments, de dire si cela ne va plus, avant d’en faire trop et se de rendre trop malade. Nous avons également l’occasion d’avoir des matchs de shôgi intense avec un Nikaido très motivé. Comme nous le savons, les joueurs de shogi sont tous très différents, n’ont pas les mêmes motivations. De toute manière, nous n’avons pas les mêmes caractères voire manière de voir les choses. C’est aussi compliqué car ils sont autant unis que rivaux. Et enfin, nous avons une réflexion sur la vie et la mort, à travers quelqu’un travaillant aux pompes funèbres, du moins par moment. Nous revoyons aussi quelqu’un que nous n’avons plus vu depuis un certain temps. Comme toujours, une vague d’émotions de toutes sortes nous submergent.

Et tiens tant qu’on y est petite chanson sur la vie par procuration.

Merci à Izneo pour la lecture.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s