Manga Time : Eclat(s) d’âme Tome 1 (Fiche)

Eclat(s) d'ame - Manga

Manga - Eclat(s) d'ame

Edition : Akata
Dessin : KAMATANI Yûki
Scénario : KAMATANI Yûki
Seinen : 1 tome paru en France. 3 au Japon
Genre : Fantastique, Emotion, Tranche de vie (quotidien), LGBT, Poétique
Prix papier : 7.95€
Pas d’édition numérique à ce jour, mais Akata s’y met, sauf qu’ils n’ont rien dit à ce sujet, donc affaire à suivre.

Histoire :
Deux jours avant les vacances d’été, je crois que… je suis mort ». C’est ce qu’a pensé Tasuku le jour où un de ses camarades de classe lui a piqué son smartphone, alors qu’il était en train de regarder un vidéo porno gay dessus. La rumeur s’est répandue comme une trainée de poudre. Tasuku, pense alors à se suicider, ne pouvant supporter cette réalité dont il n’avait pas encore complètement conscience lui-même, mais aussi par peur du regard de la société. Pourtant, alors qu’il s’apprête à sauter dans le vide, il aperçoit, au loin, une mystérieuse silhouette de jeune femme qui le devance et… saute dans le vide ?! Intrigué, terrorisé, il s’élance vers l’endroit d’où elle a sauté. Il y découvre, stupéfait, que la jeune femme est encore en vie, et qu’elle est l’hôte d’une sorte de résidence associative, véritable safe space où se réunissent diverses personnes LGBT. De rencontre en rencontre, le jeune lycéen va apprendre à se connaître, à s’accepter, et trouver sa place dans le monde.

Fiche MN

La mangaka est connue en France pour son manga Nabari.

Je vous avouerai qu’à la base, on n’est pas parti du bon pied.
Ils se sont crus obligés de dire cela : « Après « Le Mari de mon frère », voici un manga pour prendre la relève. » ce qui m’a plutôt donné envie de fuir, comme s’il fallait à tout prix garder un manga LGBT, sur les homosexuels.
Ensuite l’extrait en ligne est beaucoup trop court, et le dessin passait mal (ce qui n’est pas le cas avec le manga en main !)
Et pour finir, tout le monde en parle -> ça me donne envie de fuir loin aussi.
Mais je l’ai croisé, je suis ouverte d’esprit, je me suis dit je vais lire le premier tome, et en plus c’est Akata qui sait quand même nous sortir des perles, sortir des sentiers battus.
Après j’étais déjà lancée et décidée sur le fait de le lire, mais quand Tachan, Xander disent que c’est bien, ça me pousse vers tester. Au final, avec tout ce que cela a crée et comme je l’avais sous la main, je l’ai lu assez rapidement.

Mon avis/mes impressions :

Couverture :
La couverture donne un air un peu bizarre au jeune homme. On voit la ville en arrière plan.

Titre :
Par contre lui dégage tout de suite quelque chose, une puissance, aussi avec comment il est présenté. On nous parle d’un ou plusieurs éclats ? le s est entre parenthèse, et pas de n’importe quoi, de l’âme. Ensuite, sur le titre, on voit qu’il est éclaté, qu’il y a des fissures. D’ailleurs l’éclat se voit sur la ville aussi, vous le verrez mieux en soulevant la jaquette.

Akata nous fait ressortir cette fois-ci ces mots : Quotidien, LGBT, Poétique.
On a une page couleur pour commencer, ils savent comment me charmer XD.

Histoire & Dessin :
L’histoire nous entraîne dans une charmante ville, avec de beaux paysages, des maisons <3. La ville d’Onomichi fait partie de la beauté de l’histoire, on a envie de s’y promener, elle est comme un personnage elle aussi. 
Le graphisme est bien, il change un peu de ce qu’on voit, mais avec le manga en main, c’est un régal, les plans de la ville <3, les personnages, leur expressivité. Bref, ils se dégagent plein de choses.
Ce lieu où on peut se retrouver sans être jugé, libre, où on peut parler. Leur hôte est à l’heure actuelle l’élément le plus mystérieux, parfois ce personnage sort des phrases bien senties, mais ne dit pas grand chose, il dit même qu’on peut parler mais qu’il n’écoutera pas.
C’est intéressant, bien abordé, avec toutes les questions qu’on peut se poser, tous les choix à faire. Et c’est à a la personne d’en prendre conscience, de les faire. Il n’y a pas de solution miracle.

Nous rencontrons d’abord Tasuku qui se fait prendre en train de regarder des vidéos porno gay. Bien évidemment, on doit rester libre de nos actes, mais connaissant la société on pourrait quand même se dire que ce n’était pas la chose la plus maligne à faire à l’école sur son portable. Il passe donc d’abord par le déni, que c’est une blague, qu’il n’est pas pédé et il en rajoute même une couche. Ce qui évidemment n’est pas très sympathique non plus.
D’ailleurs ce sera une grande question le dire ou pas le dire ?! faire son coming-out. En plus, il faut déjà que lui même accepte ce qu’il est.
Une chanson très belle sur le thème homosexuel. Si je peux aisément comprendre les doutes de chaque côté, que ce soit difficile à accepter, que biologiquement sur le coup on s’interroge, après comme disait une collègue si on regarde dans la nature on trouvera d’autres exemples, qu’on s’interroge dessus. J’ai beaucoup plus de mal avec la méchanceté et la cruauté humaine, et le jugement sans rien savoir. Ce qu’on retrouve avec les juifs, les noirs, etc.
Vous voyez quelqu’un, ce fait là à la base ne se soupçonne pas particulièrement, ce qu’on verra très bien dans le manga avec d’autres personnes. Ce n’est quand même parce que vous apprenez cela, que vous allez rejeté la personne ? ne plus lui parler, alors que vous la connaissez, l’aimez bien par ailleurs. Et encore moins la juger, alors que vous ne savez pas ce qui se passe à l’intérieur de la personne.
Tout ce qui est différent, qu’on ne comprend pas fait peur. On a le droit de s’interroger, de discuter, pas de blesser les gens.

L’hôte demande plusieurs fois en pique s’il a toujours l’intention de se suicider à Tasuku. Ici est donc abordé un autre thème important, même si ici, on le voit presque trop vite avoir cette sombre idée en tête. Mais quand les gens vous rendent la vie tellement atroce, vous la pourrissent tellement, que vous avez envie de mettre fin à vos jours, ce n’est quand même pas rien.

J’ai également beaucoup aimé l’idée de retaper les maisons, de les rendre à nouveau habitable, et c’est aussi un exutoire que de pouvoir tout casser.
Ce salon de discussion où ils peuvent se retrouver et où on a encore beaucoup de choses, de gens à découvrir est bien sympathique aussi.
Cette jeune femme qui a dû quitter son travail qu’elle aimait bien, qui n’en pouvait plus de ces collègues et leurs remarques m’a également fait de la peine. Mais c’est quoi cette tendance à se mêler de la vie privée de l’autre ? On peut conseiller, discuter, mais chacun a ses envies qui vont aussi avec ces opportunités et son histoire personnelle.
Là encore, l’hôte va faire prendre conscience de quelque chose à la jeune femme pendant qu’elle retape une maison. On ne peut pas forcément tout planifier.

Il y a déjà le fait de s’accepter tel que l’on est et ensuite ce choix d’en informer ou pas les autres, avec le risque de ce regard qui change, juge.
Pourtant si on y réfléchit c’est mieux de voir aussi un couple ainsi heureux, qu’un couple que la société qualifierait de « normal » mais malheureux, ou pire l’homme bat la femme, etc.

Il y a également le fait d’accepter la chose, comprendre que ça existe, mais avoir du mal à la faire rentrer dans son monde, qu’un proche soit concerné.

Un premier tome qui a donc su me conquérir 🙂

Tome 2 prévu pour le 3 mai 2018

6 commentaires sur « Manga Time : Eclat(s) d’âme Tome 1 (Fiche) »

  1. Ravie que tu aies accroché à ta lecture toi aussi ^-^
    Tu as raison sur l’importance du regard dans ce titre, le regard des autres, le regard qu’on porte sur soi et celui qu’on porte sur les autres. Je me rappelle la scène où on le chambre parce qu’il serait homo, les regards qu’il jette alentours sont vraiment très parlant, notamment à un certain garçon 😉
    Il y aurait tellement à dire sur ce titre…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s