Lecture Time : Izana, la voleuse de visage

Couverture Izana : La voleuse de visage

Résumé :
Dans le monde d’Izana, il y a le dedans et le dehors. Le dehors, c’est tout ce qui s’étend au-delà des murs de la maison : le soleil, les arbres, les autres… tout ce qu’elle n’a jamais vu autrement que dans ses livres ou à travers les carreaux. Car depuis sa naissance, elle vit recluse, bien à l’abri entre quatre murs.

Si d’ordinaire, la laideur n’est pas un crime, il règne dans le village une terrible superstition. Autrefois se seraient affrontées une sorcière d’une grande laideur et une prêtresse d’une grande beauté : la première, victorieuse, aurait volé son apparence à la seconde. Depuis lors, toute petite fille laide née une certaine année est tuée sur-le-champ, sous peine de porter malheur aux habitants. Cette légende est même le thème d’une pièce de théâtre qui se joue chaque été. Izana y découvre pour la première fois, dans le rôle de la prêtresse, sa propre cousine. Née la même année qu’elle, Namino a été épargnée grâce à sa beauté extraordinaire…

Jusqu’où iriez-vous pour obtenir la beauté du diable, pour prendre le visage de votre choix ? À quel point l’apparence d’un être influence-t-elle son destin ? Dans une petite ville à l’atmosphère envoûtante, où des légendes séculaires restent terriblement vivaces, une adolescente marquée par le sort décide de briser les chaînes de son destin.

par Daruma Matsuura chez Lumen

Fiche LA

Oh conte cruel … Oh croyances folles !
Oh légende … toi qu’on préfère croire … mais quelle était ton but à l’origine ? N’a-t-elle pas été déformé avec le temps ?
Si je suis née laide, n’ai-je point le droit de vivre ?
Oh gens étroits d’esprit, si on ne suit pas votre code, vous nous condamnerez.

Mon avis/mes impressions :

Izana & Kasane :
Izana est la mère de Kasane, celle avec qui a tout débuté. Le prénom Kasane vous dit-il quelque chose ? Oui, c’est l’excellent manga Kasane, la voleuse de visage. Izana n’est autre que la mère de la jeune fille.
Nous allons enfin pouvoir répondre à certaines questions : celle du rouge à lèvre, et comment on a découvert ces pouvoirs, ainsi que ces limites (mais qu’à la fin).
Une merveilleuse façon de se faire rencontrer le monde des livres et des mangas 🙂 <3.

Couverture
Une très belle jeune femme nous apparaît sur la couverture, dans un miroir brisé où elle se retrouve légèrement déformée, mais sa beauté est toujours palpable.

Histoire :
Dans un village à l’esprit étriqué, l’horreur, l’innomable arrive. Une femme brave tous les interdits, une autre est comme privée de sa vie, mais quand même dans une forme de sécurité. Mais le temps passe, les sentiments, les hormones, la recherche de la vérité et des événements précipitent la tragédie et le changement d’un destin. Mais comment pourrait-on vraiment lui en vouloir ? Elle qu’on a rejeté, privé de sa vie, voulu tuer dès sa naissance pour sa différence.

Une femme du nom de Chigusa qui a un certain passif, certaines raisons, mais aussi une envie de refuser l’horreur assiste à l’accouchement de la mère d’Izana, et fait croire qu’elle est morte. Car c’est le terrible destin qui l’attendait. Elle prend l’enfant secrètement sous son aile sur la demande de sa mère : Kazura.
Chigusa ne devra jamais être découverte par les membres du village et surtout une certaine famille. Partir n’était sans doute pas simple, envisageable pour elle.
Ce petit village a sa façon de fonctionner, il y a une forme d’entraide, mais malheur a celui qui s’opposerait et serait isolé. Il y règne aussi de drôles de légendes. Et lorsque la quête de la vérité commencera, on aura encore plus de quoi être mal à l’aise et écoeuré surtout lorsqu’une terrible vérité jaillira.
Izana vit avec Chigusa sans jamais sortir, elle ne connaît pas les codes en société, mais ne manque pas d’éducation pour autant. A part son visage, c’est une petite fille bien portante et adorable. Tant qu’elle ne voit pas le reflet du regard de l’autre, elle ne prend pas vraiment conscience de cette différence qui gêne.
Elle tentera un jour une sortie qui lui fera très mal.
Elle aura aussi un endroit à part pour vivre.
Ce n’est pas facile de s’organiser et forcément il lui manque des choses.
Par l’intermédiaire de Chigusa, elle fera la connaissance houleuse d’un jeune homme, qui est aussi une occasion de découvrir de nouvelles choses, de parler à quelqu’un. Il a aussi une histoire compliquée, mais jouera un rôle essentiel dans la vie d’Izana.
Et il y aura aussi ce chercheur, ensemble par intermédiaire de lettres ils vont à la quête de la vérité, mais Izana a des sentiments qui commencent à naître.

Izana a vécu de manière cachée, à cause du village, à cause de légendes, elle n’en est pas moins une humaine qui a besoin d’amour, qu’on croit en elle, de s’épanouir. Les choses se font petit à petit, événement par événement, découverte par découverte, on est nous même mal à l’aise, on se questionne, et l’horrible vérité se fait jour. Izana décide de vivre, tout comme elle aurait pu décider de mourir, mais aussi de rétablir une certaine justice. On ne peut pas juste la blâmer, elle veut la vie dont ils l’ont privé toutes ces années, et elle ira jusqu’au bout !

Le livre est bien fait, très agréable à lire, on sent une tension dans le village et on a envie d’en savoir plus, on s’attache à Izana. Il change de ce qu’on peut lire habituellement.
Il a un côté poétique, intrigant et horrible à la fois.

J’espère que des gens qui découvriront ce livre par hasard, ça leur plaira et ils auront envie de lire le manga
Et inversement que ceux qui lisent le manga auront très envie de lire le livre et découvrir comment Izana a grandi.

La seule chose c’est qu’on en a fini avec le village, mais qu’on aimerait quand même savoir comment Izana a fait, s’est organisé ensuite. Petite fille est devenue grande….une femme…avec des envies et des désirs.

Izana comme Kasane, si elles avaient eu un beau visage, leurs vies auraient été différentes.

Les personnages sont très vrais, aucun n’est vraiment parfait : ni Chigusa, ni Izana, ni le jeune garçon que prend Chigusa ensuite, ni le chercheur.
Même s’il n’en reste pas moins que Chigusa a pris des risques énormes, qu’elle lui a permis de vivre, qu’elle a assumé sa charge financière et autre.

Au fond, qui sont vraiment les monstres ?

Publicités

6 commentaires sur « Lecture Time : Izana, la voleuse de visage »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s