Cinéma Time : Le procès du siècle / Denial

Synopsis :
Deborah Lipstadt, historienne et auteure reconnue, défend farouchement la mémoire de l’Holocauste.

Elle se voit confrontée à un universitaire extrémiste, avocat de thèses controversées sur le régime nazi, David Irving, qui la met au défi de prouver l’existence de la Shoah.

Sûr de son fait, Irving assigne en justice Lipstadt, qui se retrouve dans la situation aberrante de devoir prouver l’existence des chambres à gaz. Comment, en restant dans les limites du droit, faire face à un négationniste prêt à toutes les bassesses pour obtenir gain de cause, et l’empêcher de profiter de cette tribune pour propager ses théories nauséabondes ?

Fiche du film

Mon avis/mes impressions :
C’est un film marquant, puissant, intéressant, passionnant sur plusieurs aspects. C’est aussi un beau travail d’équipe, un investissement pas facile, mais des retombées possibles sur le monde entier.
Les acteurs sont bons et nous emportent.
Jusqu’à la toute fin, même si notre coeur nous dicte le verdict, on doute, surtout avec la dernière remarque du juge qui n’est pas fausse (mais n’excuse pas).

Deborah Lipstadt a un métier particulier, un métier qui exige d’être motivé à fond sur son sujet, de parler en public et de réaliser des écrits. Elle est historienne, et spécialisée sur l’holocauste, la Shoah.
On ne sait pas grand chose de sa vie, elle a un chien, une très belle maison, elle fait son jogging, elle assure sur son sujet, elle dort dans un lit à 2 places, elle fréquente pas mal de monde, n’est pas timide.
David Irving vient un jour la confronter en plein auditoire, jusqu’à présent elle ne s’était pas donnée la peine de lui répondre n’en voyant pas l’intérêt et elle l’explique. Irving est un bonhomme qui a quelque d’attachant à part ses idées, mais il arrive à fédérer les gens, les manipuler. Et voilà qu’il lui demande quelque chose que ni elle ni nous n’avons pensé un jour en plein dans les années 2000 : de prouver l’existence de l’Holocauste, qu’on a parqué des gens pour les exterminer, c’est vraiment un beau parleur qui a quelque chose de redoutable. Il lui intente donc un procès, mais à Londres.
On est aussi médusé qu’elle sur le coup, elle n’a pas pour habitude de se dérober, comme elle dit elle n’a pas demandé un procès elle.
Mais ce procès a une spécificité énorme c’est elle qui doit prouver l’existence de l’Holocauste, le droit anglais est différent du droit français et américain, et à ce qu’on nous apprend la présomption d’innocence n’a pas court. Cela semble rien comme cela, mais en fait c’est très important, et ça aurait été bien trop facile d’avoir une lettre d’Hitler.
Il va falloir choisir entre un procès avec jury ou un où seul le juge rend son verdict. Et une autre spécificité. Bien sûr, il faut aussi que les 2 parties soient d’accord.
En Angleterre, il y a encore d’autres spécificités, c’était quelque chose de voir l’arrivée du juge à chaque fois et d’autres détails.
Un cabinet d’avocat avec une équipe constituée de plein de gens qui ont chacun leur domaine va être constitué, il reste aussi la question du coût et du temps que cela va prendre, même si au départ le cabinet était prêt à le faire gratuitement.
Alors comment lever les fonds ? Croyez vous que tout le monde la soutien ?
A elle, si indépendante, fière, énergique, spécialisée dans son sujet, impliquée on va également demandée l’impensable : se taire.

C’est une énorme partie qui se joue, il faut réussir à démontrer, il faut invalider Irving, que son jugement est biaisé par son antisémitisme, que ce n’est pas un vrai historien. Rien d’émotionnel c’est trop risqué (et ce serait dur de les confronter directement à quelqu’un comme Irving), mais juste les faits !
Il y a également tout un jeu psychologique. Celui qui la défend, pose les questions à la Cours, un homme plein de surprises où des apparences ont pu potentiellement nous tromper. Et Irving assure sa défense lui-même. Imaginez qu’il arrive à véhiculer, faire accepter ses idées nauséabondes, dangereuses ?!

Je vous laisse découvrir encore plein de choses par vous-même et plein de petits détails aussi.
Oui, Irving a même une réponse pour dire qu’il y avait des chambres à gaz mais c’était pour autre chose. Qu’a-t-il donc bien pu inventer ? Et comment prouver que ce n’était pas pour cela ?

Un film que je vous conseille de voir, à part une photo et le fait lui même il n’y a pas d’image choquante.

Personnellement, ça ne me dit rien, tiré d’une histoire vrai, et de la BBC Film (la BBC fait de superbes séries, ils ont également fait un excellent film)
En tout cas, Deborah Lipstadt a bien existé. Si vous ne connaissez pas, ne vous informez pas avoir d’avoir vu le film.

Publicités
Cet article, publié dans Film, Cinéma, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s