Cinéma Time : Quelques minutes après minuit

Résumé :

Pour échapper à son quotidien se partageant entre la maladie de sa mère et les humiliations répétées de ses camarades de classe, un jeune garçon se réfugie dans un monde imaginaire digne des contes de fées, où il est question de courage, de perte et de foi. (Source : Allociné)

Adapté du livre Quelques minutes après minuit de Patrick Ness

Fiche SB

Mon avis/mes impressions :
Un très beau film touchant, poétique, troublant, magique, cruel. Je suis tombée sous le charme de ce film qui est une très belle découverte, comme pour le jeune homme, les histoires contées déboussolent au premier abord. Ce petit bout d’homme est différent, un peu dans son monde, harcelé par ses camarades, et face à une situation familiale très difficile. Il va devoir être courageux et faire face à la réalité, et comme on dit continuer à avancer.

Il y a ce petit bout d’homme qui agit normalement, il aide sa mère, il préfère de loin rester avec elle. Chaque jour, il doit faire face à son état, qui ne s’améliore guère. Il vit déjà une situation difficile avec la maladie de sa mère, et cette peur, ce doute qu’il préfère oublier. Mais en plus, un peu différent, un peu dans son monde, il se fait harceler, avec des implications physiques.
Par moment, il craque, il teste, les gens sont exceptionnellement gentils et compréhensifs au vu de la situation. Parfois, la colère doit sortir.

Il y a la douce maman, qui n’arrête pas d’essayer traitement sur traitement, des fois ça peut aller, mais d’autres fois elle sombre et n’est plus que le fantôme d’elle-même.
Il y a ce père absent, qui va quand même revenir un peu.
Il y a sa grand-mère maternelle qui paraît tel un monstre, pourtant elle ne l’est pas tant que ça. Elle tente de le protéger, lui offrir un peu de stabilité…
Lui veut juste que sa mère guérisse et resté dans sa maison.
Il y a beaucoup d’émotions ! Des personnages justes qui nous touchent.

Et il y a ce monstre centenaire qui a connu tant de choses, il va lui conter 3 histoires, et lu devra conter la 4ème, dire la vérité.
Le monstre est bien fait, ses mouvements, sa représentation, sa voix, il confronte le jeune homme : Connor, et lui raconte des histoires, là on est emporté, comme dans un dessin. Ces histoires nous trompent, et paraissent absurdes au premier abord. Connor a beaucoup de mal à les accepter, car où est la justice ? Que faire ? Qui punir ? Qui a eu tort ? Un peu, comme l’absurdité de la vie par moment.

Qui est le monstre ? Qu’est ce qui est normal ? …

Je n’ai plus qu’à me replonger dans cette belle et terrible histoire avec le livre. Il existe également une version illustrée par Jim Kay (oui le même que pour Harry Potter).

Publicités
Cet article, publié dans Cinéma, Film, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s