Cinéma Time : Enfant 44

 

Résumé:

Version courte

Dans les années 50, en URSS, un policier qui enquête sur une série de meurtres d’enfants devient lui-même l’objet de suspicions de la part de son gouvernement.

Version longue

Hiver 1952, Moscou. Leo Demidov est un brillant agent de la police secrète soviétique, promis à un grand avenir au sein du Parti. Lorsque le corps d’un enfant est retrouvé sur une voie ferrée, il est chargé de classer l’affaire. Il s’agit d’un accident, Staline ayant décrété que le crime ne pouvait exister dans le parfait Etat communiste. Mais peu à peu, le doute s’installe dans l’esprit de Léo et il découvre que d’autres enfants ont été victimes « d’accidents » similaires. Tombé en disgrâce, soupçonné de trahison, Léo est contraint à l’exil avec sa femme, Raïssa. Prenant tous les risques, Léo et Raïssa vont se lancer dans la traque de ce tueur en série invisible, qui fera d’eux des ennemis du peuple…

Adapté du livre Leo Demidov, tome 1 : Enfant 44 de Tom Rob Smith

Fiche du film SB

Déconseillé aux âmes sensibles.

Mon avis/Mes impressions :
La bande annonce donne le ton d’un film intéressant, glaçant, cruel, et c’est ce qu’il est. Un thriller, une enquête des plus intéressantes et des plus horribles, mais quand en plus c’est fait au sein d’une société froide et dangereuse, rien ne va plus.

La phrase « Dans le paradis soviétique, les meurtriers n’existent pas » est beaucoup plus cruelle et dangereuse qu’il y paraît.
Tom Hardy et Noomi Rapace y sont très bons et incarnent le coup Léo et Raïssa, un couple un peu hors norme, un amour compliqué. Vont-ils s’épauler ? se dénoncer ? s’aiment ils vraiment ?

Léo est froid, bon enquêteur, n’a pas un aussi mauvais fond et a appris à faire avec la société sans pitié dans laquelle il évolue. Et pourtant son gouvernement n’hésitera pas à se retourner contre lui.

C’est vraiment une société froide, brutale, on n’aime pas trop que vous réfléchissiez par vous-mêmes, toute opinion ne peut s’exprimer haut et fort. Les gens sont embarqués brutalement, froidement, il suffit d’une dénonciation, mais à qui se fier ?
En fait les soviétiques ne peuvent avoir de meurtrier, alors la plupart classe vite fait l’affaire en accident, et Léo réveille une vérité qui dérange.

Tout perdre en un instant, être relégué et traité plus bas que terre.
Toujours être sur ses gardes.

Retrouvera t’il son poste ?

Une enquête pas forcément facile à mener, mais en plus dans des conditions déplorables et dangereuses.
Si vous avez le coeur bien solide, c’est une expérience unique en son genre à tenter sous fond de société froide, hostile, de faux semblant, de reste de la guerre.

 

Publicités

2 commentaires sur « Cinéma Time : Enfant 44 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s